Accueil
Enracinés et fondés dans l'amour (Eph 3,17)
Enracinés et fondés dans l'amour (Eph 3,17)
Nos sources Nos lieux de mission Au fil des jours Archives Agenda

Autres pages : 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60

Accueil > Back Office > Témoins

Témoins

Nous commençons le grand voyage du Carême. Emportons donc dans notre navire toute notre provision de nourriture et de boisson, en plaçant sur la caisse la miséricorde abondante dont nous aurons besoin. Car notre jeûne a faim, notre jeûne a soif, s’il ne se nourrit pas de bonté, s’il ne se désaltère pas de miséricorde. Notre jeûne a froid, notre jeûne défaille, si la toison de l’aumône ne le couvre pas, si le vêtement de la compassion ne l’enveloppe pas.

Ce que le printemps est pour les terres, la miséricorde l’est pour le jeûne : le vent doux printanier fait fleurir tous les bourgeons des plaines : la miséricorde du jeûne fait pousser toutes nos semences jusqu’à la récolte céleste. Ce que l’huile est pour la lampe, la bonté l’est pour le jeûne. Comme la matière grasse de l’huile allume la lumière de la lampe, et avec une aussi faible nourriture , la fait luire pour le réconfort de toute la nuit, ainsi la bonté fait resplendir le jeûne... Ce que le soleil est au jour, l’aumône l’est pour le jeûne : la plendeur du soleil accroît l’éclat du jour, dissipe l’obscurité des nuées : l’aumône accompagnant le jeûne en sanctifie la saintetéet, grâce à la lumière de la bonté, chasse de nos désirs tout ce qui pourrait être mortifère. Bref, ce que le corps est pour l’âme, la générosité en tient lieu pour le jeûne : quand l’âme se retire du corps, elle lui apporte la mort : si la générosités’éloigne du jeûne, c’est la mort.
Saint Pierre Chrysologue