Accueil
Enracinés et fondés dans l'amour (Eph 3,17)
Enracinés et fondés dans l'amour (Eph 3,17)
Nos sources Nos lieux de mission Au fil des jours Archives Agenda

Autres pages : 0 | 10 | 20

Accueil > Archives > Congrégation > 15 août, des ports en fête en Bretagne

15 août, des ports en fête en Bretagne

Le 15 août, la bénédiction des bateaux de pêche et le lancer de la gerbe à la mer en souvenir des disparus dans l’océan, attirent beaucoup de monde, dans les ports bretons et ailleurs. Des ex-voto dans les églises témoignent de la reconnaissance de protection.

De la côte d’Emeraude à la Mer d’Iroise, du port de Saint Jacut à celui de l’Ile Molène en passant par Saint Cast, Roscoff... nombreux sont les ports qui célèbrent, le jour de la fête de l’Assomption, la Vierge Marie
" L’ ETOILE DE LA MER", protectrice des marins. De nombreux vocables adressés à Marie, évoquent la confiance des fidèles : Notre Dame des Flots, Astre des mers, Notre Dame du Bon Port, Notre Dame de la Garde, Notre Dame des Dunes, Notre Dame du Bon retour ...

Cette tradition de la fête de la mer trouve son origine dans les temps reculés où les marins passant de longs mois en mer, les femmes s’adressaient à la Vierge Marie pour lui demander de protéger époux, fils ou frère.
C’est en quelque sorte un apprivoisement de la mer et la sanctification d’un espace redouté par les hommes confrontés au danger permanent.
Les personnes, massées sur le quai, suivent du regard le prêtre et le porteur de gerbe, en vedette, qui s’avancent au large, ambassadeurs du souvenir.

La prière du marin

Au nom du Père qui a séparé les eaux d’avec le ciel et la terre
et du fils qui foule et apaise la tempête
et de l’Esprit qui plane au-dessus des océans.

Vierge Marie, Reine des flots,
à qui les marins même mécréants, ont toujours été dévots,
vois à tes pieds tes fils qui voudraient se hausser jusqu’à toi.
Obtiens - leur une âme pure comme brise de mer,
un cœur fort comme les flots qui les portent, une volonté tendue comme voile sous le vent, une attention qui veille sans mollir comme un gabier dans la hune, un corps armé pour les luttes contre les tempêtes de la vie.

Mais surtout, O Notre Dame , ne les laisse pas seuls à la barre ; fais-leur relever les écueils où ils s’échoueraient, avant d’ancrer, près de TOI, au port de l’éternité. AMEN.

Aumônerie Catholique de la marine nationale.

Paroles Pierre Yves Labbé ( 1960 )

Portfolio