Accueil
Enracinés et fondés dans l'amour (Eph 3,17)
Enracinés et fondés dans l'amour (Eph 3,17)
Nos sources Nos lieux de mission Au fil des jours Archives Agenda

Accueil > Archives > Témoignages d’hier et d’aujourd’hui > Le sac MA MAISON

Le sac MA MAISON

ou comment découvrir un monde et transformer notre regard.

La maison de quartier Saint Martin (Rennes) organise tous les mois une soirée qui se termine d’une manière conviviale, propre à l’échange, avec un bol de soupe.
Ce soir-là, projection du film « le sac ma maison ».

L’association qui est en lien avec les gens de la rue ne conçoit cette projection que s’il y a un débat et des intervenants qui ont un vécu avec la rue, et ceci quel que soit le lieu et le nombre de personnes présentes.

Arrive le temps de la projection. Les témoignages défilent, des personnes de la rue expliquent ce que représente ce sac pour elles. « La police me demande : Qu’est-ce que vous avez là-dedans ? Je leur dis : Fouillez, toute ma vie est dedans. Tout ce que j’ai est là, dedans. Tout ce qui me reste est là ». Philippe. Autre témoignage qui donne l’idée d’une vie sociale difficile : « Dans les grandes surfaces, c’est aussi une contrainte, c’est trop lourd. Ils me disent de le mettre au pied d’un poteau, plus loin, en dehors des caisses. On a peur de se le faire voler ». Philippe. Ou dans un dialogue où deux mondes se rencontrent. « Parti cinq minutes… à mon retour, une charmante dame m’interpelle.
Elle m’explique qu’elle a essayé de poser de l’argent dans la gamelle de manche et, malgré cela, mon chien n’a pas été d’accord. Pendant que je lui explique le pourquoi du comment, elle me tend un billet. Et puis qu’est-ce qu’il est mignon le chien ! C’est pour acheter des croquettes, n’est-ce pas ? Charmante, généreuse. Mais bête. Je lui rétorque qu’il est nourri à coup de pied dans le cul. Elle ne comprend pas mon ironie » Yves.

La projection terminée, les intervenants présents témoignent de leurs parcours, parlent de leur vulnérabilité, ce qui n’est pas courant dans notre société, une parole vraie, avec ses doutes et ses difficultés, qui transforme notre regard sur ce monde de la rue.
Des questions leur sont posées : donner de l’argent ? En tout cas donner avec le cœur, mais aussi avec un sourire qui peut faire exister.

Une autre question : pourquoi est-il si difficile de sortir de la rue ? Grande interrogation sur la nature humaine… Cependant, il y a, dans ces personnes qui sont à la rue, un grand désir de changer de vie, mais il faut du temps, un déclic. En tout cas, l’important c’est d’être présent, de toujours aider et d’être patient, comme il est écrit dans l’Epître aux Galates 5,22 « Les fruits de l’Esprit sont… la patience, l’amabilité, la bonté ».

Alain D.