Accueil
Enracinés et fondés dans l'amour (Eph 3,17)
Enracinés et fondés dans l'amour (Eph 3,17)
Nos sources Nos lieux de mission Au fil des jours Archives Agenda

Autres pages : 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70

Accueil > Back Office > Témoins > Marcher : pourquoi, vers quoi, vers qui ?

Marcher : pourquoi, vers quoi, vers qui ?

Marcher : pourquoi ? vers quoi, vers qui ?

Trois jeunes dressent leur tente, harassés après une longue marche.
Des randonneurs posent le sac pour une nuitée. Des pélerins mettent leurs pas dans les pas de ceux qui les ont précédés.
Voici d’autres qui font un " break" dans leur histoire pour retrouver l’essentiel.
Des processions, des manifestations mobilisent des hommes et des femmes dans un même idéal, une même nécessité.
Quoi de plus naturel que la marche : de nos premiers pas à nos longues balades, il y a pourtant un monde...

Marcher pour s’ouvrir au monde, contempler.
Marcher pour se distraire et stimuler ses sens : découvrir l’odeur d’un sous-bois, le bruissement du vent dans les arbres, la beauté d’un paysage, d’un coucher de soleil sur la mer... goûter le calme, la saveur du silence...
Marcher pour renouer avec la spiritualité et la sagesse...

ELOGE... DE LA MARCHE de Bernard Stephan,
paru dans Témoignage chrétien 26 juin 2014. WWW.temoignagechretien.fr

"Se lever tôt. Juste avant l’aube pour fouler le sentier quand le soleil pointe. Avec au bout de ses pas, le désir évanoui mais toujours tenace de voir naître le premier matin du monde. La rosée qui teinte le cuir de la chaussure, le cri des aigrettes dans la ria, la marée au loin qui s’annonce et le temps suspendu. Le temps rivé à mes pas. Le temps contemplé, savouré. Entre terre, ciel et mer, les minutes ne comptent pas. je marche, me déleste des tracas, me délecte de joies intenses partagées avec la brise. Je fais fi de l’heure. S’annonce l’océan, ses lumières, ses ors verts, sa peau bleue. Une pause. Pas de chronomètre. Entendre la vie s’écouler. Remercier d’être là. Prier. Reprendre le sentier, s’abandonner à son tracé, ses caprices et là sur la corniche entre les pins et les flots, effleurer la terre meuble, rebondir, respirer. Marcher et s’étonner de vivre."