Accueil
Enracinés et fondés dans l'amour (Eph 3,17)
Enracinés et fondés dans l'amour (Eph 3,17)
Nos sources Nos lieux de mission Au fil des jours Archives Agenda

Autres pages : 0 | 10 | 20 | 30

Accueil > Au fil des jours... > Quand la Vie Consacrée dans le Finistère rencontre son évêque...

Quand la Vie Consacrée dans le Finistère rencontre son évêque...

La Vie Consacrée dans le diocèse ce sont quelques :
- 242 religieuses, 35 communautés
- 51 religieux, Frères et Prêtres, 6 communautés
- 16 prêtres en Société de Vie apostolique
- 19 laïques et laïcs consacrés auxquels il faut ajouter, nous a fait remarquer le Père Jean-Michel Moysan, les Prêtres diocésains, membres de certaines Fraternités sacerdotales comme le Prado ou la Famille ’’Cor Unum’’.

Nous étions près de 200 à nous retrouver le 30 avril 2022, au Juvénat de Châteaulin autour de notre évêque Monseigneur Dognin, accompagné de deux de ses Vicaires Episcopaux : les Pères Christian Bernard et Jean-Michel Moysan et des délégués diocésains à la Vie Consacrée.

Ainsi que le soulignait le Frère Louis Seité, dans son invitation, ’’Cette assemblée est l’aboutissement d’une réflexion-partage, vécue en deux étapes, par l’ensemble des consacrés(es) et religieux(ses) du diocèse.
La première rencontre avait pour but de mieux se connaître (en inter-congrégations) et de découvrir ce qui est en train de germer dans le Jardin de la Vie Consacrée, cueillir les fruits des charismes divers.
La deuxième rencontre portait sur 4 domaines précis : une fraternité ouverte, une disponibilité offerte et engagée, une prière enracinée et fidèle, une joie reçue et partagée.

La matinée du 30 avril 2022 a été consacrée à 9 témoignages divers qui donnent à sentir quelques mouvements de fond :
- La fécondité qui s’est traduite, par le passé, par une présence massive dans les paroisses, les écoles, les hôpitaux se trouve continuée aujourd’hui par de nombreux laïcs formés par les congrégations. Laïcs parfois associés aux congrégations.
- Fécondité parfois bien humble que l’on ne mesure que quand une communauté s’en va.
- Le service des Maisons d’accueil.
- Le lien avec le monde d’aujourd’hui, l’ouverture à l’écologie intégrale.
- Le lien avec l’Eglise diocésaine et l’engagement dans les services diocésains, dans les paroisses même s’il y a une communion à reconstruire.
- Faute de prêtres, il n’y a plus d’aumônier dans les communautés. Certaines sont privées d’Eucharistie. Quelle réponse à apporter ?

Le Père Christian Bernard souligne : la vie religieuse m’a beaucoup appris sur la manière même de mener une paroisse : on se donne un projet commun et tout le monde a la parole et est invité à apporter sa pierre. C’est une fameuse leçon d’exercice synodal que vous nous donnez. Nous pouvons rendre grâce pour son apport ’’même le couchant peut être beau’’ et le jardin que vous nous avez présenté est beau.

Mgr Dognin souligne l’importance de se retrouver, de telles rencontres étant vitales pour la vie de l’Eglise. Le long travail de préparation, cette écoute ensemble de l’Esprit-Saint a contribué à la réussite de cette journée. Elle nous donne un flash de ce qu’est la vie consacrée aujourd’hui et des mutations qu’elle a à opérer comme toute la chrétienté. Les congrégations ne restent pas tournées vers le passé mais cherchent comment vivre leur charisme aujourd’hui. Si les modes d’insertion changent, l’importance du témoignage demeure. Quant à ce que l’Eglise attend de nous : rendre visible les charismes du Christ, Mgr Dognin nous a renvoyés à Vita Consecrata de Jean-Paul II de 1996 dont il a cité plusieurs extraits. Il a ensuite repris quelques aspects relevés dans les témoignages.
La fragilité et la fraternité qui se construisent au jour le jour, sont signe prophétique de la vie communautaire.
L’évangélisation passe par la proximité avec les personnes dans les quartiers, dans les EHPAD, les lieux de santé ou près de ceux qui souffrent, dans l’écoute de ceux qui sont en recherche, dans les jardins partagés et la réflexion dans la ligne de ’’Laudato Si’’ sur une écologie intégrale, dans notre mobilisation pour une recherche éthique.
L’Eglise vit aujourd’hui une conversion missionnaire, et les communautés religieuses peuvent aider la population à entrer dans cette nouvelle dynamique. Il y a beaucoup d’attentes, n’oublions pas que, si cette mutations est difficile pour nous, elle l’est aussi pour les prêtres et même les évêques. Il a rappelé l’importance de la prière pour les vocations. Des jeunes sont prêts à s’engager, ils demandent à être soutenus.

La journée s’est terminée par l’Eucharistie d’action de grâces et la remise à chaque communauté ou chaque laîc présent d’une fleur ou d’une plante pour garnir nos jardins et nous soutenir de cette journée très riche.

M R Pochart

Portfolio