Accueil
Enracinés et fondés dans l'amour (Eph 3,17)
Enracinés et fondés dans l'amour (Eph 3,17)
Nos sources Nos lieux de mission Au fil des jours Archives Agenda

Autres pages : 0 | 10 | 20

Accueil > Archives > Afrique > Soeurs de l’Immaculée à Basoko (RDC)

Soeurs de l’Immaculée à Basoko (RDC)

JPEG - 15.2 ko
Le vaste territoire paroissial

Basoko est au confluent du Congo et de l’Aruwimi.
- Nous sommes une communauté de quatre religieuses : deux Congolaises,
Gertrude et Jacqueline et deux Françaises, Thérèse et moi-même, Marie Josèphe.
Notre projet n’est autre que témoigner de l’Amour de Dieu en poursuivant notre route de "Vocation toute de charité", dans la prière et le travail.


JPEG - 20.3 ko
Gertrude, Marie J. et Jacqueline
Manque Thérèse arrivée en début d’année.

Le centre de santé comporte une unité de soins et une maternité. Il est habilité à soigner lèpre et tuberculose. Pour ces deux maladies, les médicaments sont gratuits grâce à la FONDATION DAMIEN. Pour les autres maladies, MEMISA FRANCE a apporté un appui aux médicaments en 2011, avec l’objectif d’aider gratuitement les indigents et de vendre le reste pour arriver à l’autofinancement.


JPEG - 21 ko
Nouveau Laboratoire

Jacqueline est responsable de la pharmacie. Elle est attentive aux orphelins et aux malnutris. Elle cultive du soja.

JPEG - 28.1 ko
Sr Jacqueline avec le groupe relais

Gertrude enseigne à l’école primaire qui compte 19 classes, 900 filles. Elle a 55 élèves. Elle travaille souvent avec ses collègues de même degré.

Thérèse est de retour à Basoko après 15 années à Kisangani. Elle aide à la comptabilité du centre de santé. Elle visite des malades, des accouchées et des amitiés se nouent. On l’a invitée au groupe "Femmes Chrétiennes Catholiques". C’est pour elle un lieu d’intégration. Il en est de même de la bibliothèque qu’elle ouvre 4 fois par semaine.

JPEG - 11 ko
Thérèse G

Après un séjour momentané en France, me voici de retour à Basoko pour travailler au centre de santé et à la bibliothèque. J’y retrouve un soleil généreux, la pluie aussi et donc la boue.
- Oh ! potopoto ! (Oh ! la boue ! ) ai-je dit une fois de façon anodine.
- Si vous ne voulez pas marcher dans la boue, il ne fallait pas venir, répond un passant.

Cela m’a fait peser les motivations de mon retour à Basoko.

Soeur Marie Josèphe L. IMC cté de Basoko

Portfolio