Accueil
Enracinés et fondés dans l'amour (Eph 3,17)
Enracinés et fondés dans l'amour (Eph 3,17)
Nos sources Nos lieux de mission Au fil des jours Archives Agenda

Autres pages : 0 | 10 | 20

Accueil > Archives > Communautés > Un colloque interreligieux

Un colloque interreligieux

Le dimanche 25 mars 2012, nous étions deux soeurs de l’Immaculée parmi les 300 participants au colloque inter-religieux qui se tenait à l’Abbaye de Fontevrault. Ce colloque intitulé : "Sens et urgence du dialogue" était organisé par l’Association nantaise Tibhirine.

Toute la matinée, nous avons entendu le témoignage d’acteurs et d’Associations qui vivent le dialogue. 13 intervenants se sont succédés :
les « amis de la Paix » du Mans, Sant’Egidio de France, le Service Relation avec l’Islam ( SRI) , le centre de Douménac, les musulmans nantais, le Comité interreligieux famille franciscaine, le Ribât Algérie, le dialogue interreligieux monastique, les Amitiés entre les religions de Rennes, Culture religions en dialogue de Brest, et bien sûr Tibhirine de Nantes.
Trois élus : le maire du Mans, un député des Yvelines et le président de la région des pays de Loire sont intervenus en fin de matinée.

Une première constatation est exprimée : « Démocratie et religion  : un couple en devenir où chacun est pèlerin de la Vérité et de la joie pour un vivre ensemble »

Comprendre le dialogue  : Jérôme VIGNON, président des Semaines Sociales de France , en début d’après-midi , àapprofondi le thème de ce Colloque. Il a d’abord dissipé un malentendu sur le choc des civilisations... qui serait le plus souvent le « choc des ignorances »...

Jérôme Vignon a développé la compréhension d’une convergence heureuse propre à notre époque de la mondialisation qui provoque au dialogue et à l’échange et qui invite au voyage pour découvrir que nous sommes ensemble sur un chemin de Vérité. Le développement du dialogue répond à un besoin social de paix, d’éducation et d’égalité homme-femme.

A la table ronde, animée par Michel COOL. avaient pris place : une agnostique, une bouddhiste, un membre de confession Baal, un prêtre catholique, un Imam musulman, un rabbin aumônier militaire, l’Archimandrite BARSANUPHE de la conférence mondiale des religions pour la paix et un pasteur protestant.

Chacun a partagé comment il envisageait le dialogue avec les autres. Quelques expressions percutantes : le grand vide c’est celui de l’ignorance.
« Connaître », « se connaître » et « se reconnaître » va au-delà de la tolérance, permet une fécondation réciproque et construit la fraternité.

Une collation déjeûnatoire sur place, merveilleusement décorée et approvisionnée nous a permis des rencontres informelles dans une immense salle de cette abbaye où plane le souvenir de son fondateur, le breton Robert d’Arbrissel

Michèle M. Soeur de l’IMC - Rennes